Le Majordome – The Butler (2013)

1920. Géorgie. Etats-Unis. Cecil Baines est un jeune garçon grandissant dans un champ de coton. Il voit son père mourir devant lui, tué par un esclavagiste.  Recueilli par une grand-mère qui l’initie à la vie d’intérieur, il devient ensuite majordome et vit confortablement. Habitué à la sérénité, sa condition est presque omise :  esclave victime de persécution. Quand il agit pour ses supérieurs, il fait preuve d’un incroyable professionnalisme et ne cherche aucunement à se révolter. Son sérieux est reconnu jusqu’à la Maison Blanche. Cecil Baines voit défiler sept présidents. Il a une femme, Gloria, avec laquelle il a deux enfants nommés Louis et Charlie. Ils sont tous deux impliqués dans la vie politique. Louis est actif socialement et Charlie décède pendant la Guerre du Vietnam.  Louis est en quelque sorte le second personnage du film; militant de la cause noire pendant les droits civiques des années 1960, il est déterminé à faire valoir les droits de la communauté. Selon lui, c’est un combat vital, crucial. On découvre donc deux visions diamétralement opposées. Cecil Baines peine à comprendre les motivations de son fils tandis que Louis n’admet pas la position placide de son père face à tant d’agitation et de révolte dans le pays.

Dans ce film, Lee Daniels dénonce le racisme avec justesse et engagement. La suprématie blanche, même au sein des plus hautes autorités de l’état est impitoyable. A cette époque, la reconnaissance des conditions de vies des noirs en tant que citoyens est loin d’être acquise. Au sein de la Maison Blanche, les domestiques sont noirs, ils créent leur communauté « inférieure » aux yeux des décisionnaires de l’État. C’est la notion du « upstairs/downstairs. « au dessus/ en dessous » pour signifier que les domestiques, noirs qui plus est, n’ont pas le droit à la parole. Entre eux, ils sont très soudés et évoquent parfois la situation politique de leur pays, en l’absence de la hiérarchie. On les voit sympathiser, rire. Pour se rapprocher de l’Histoire avec la plus grande fidélité, Lee Daniels décide de revenir sur les émeutes de Birmingham en Alabama, sur les sit-in* qui se transforment en symbole de combat pour la victoire. Un film juste, émouvant, engagé. Forest Whitaker nous offre une interprétation exceptionnelle pour retracer l’histoire d’un homme qui nous montre à travers son expérience le chemin vers le changement.

Un film de Lee Daniels au casting à la hauteur pour un film d’envergure : Forest Whitaker, Oprah Winfrey, John Cusack, Robin Williams, Jane Fonda, David Oyewolo, Lenny Kravitz, Mariah Carey, Terrence Howard…

Un très bon film historique!

sit-in : fait d’occuper un endroit de manière pacifique lors d’une contestation

 

Publicités

Un commentaire sur « Le Majordome – The Butler (2013) »

  1. Merci pour ton article, qui m’a donné envie de revoir ce film, très émouvant 🙂 Je trouve que Forrest Whittaker joue avec justesse le majordome plein de dignité, qui réussit à changer les choses par sa seule présence et presque malgré lui.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s