Happy New Year – New Year’s Eve

New York pour le Nouvel An. Une idée plus qu’alléchante ! Des milliers de New Yorkais et de touristes se réunissent chaque année afin de célébrer le passage à la nouvelle année. Happy New Year met en scène la vie de différents New Yorkais qui se connaissent tous plus ou moins. Voici les situations suivantes : Deux femmes enceintes s’apprêtent à accoucher le soir du Nouvel An, un vieux monsieur sur sa fin de vie passe le réveillon sur son lit d’hôpital, l’infirmière qui s’occupe de lui passe le réveillon loin de l’homme de sa vie parti en mission dans l’armée, Randy, un homme d’habitude décontracté déteste le Nouvel An qui lui rappelle affreusement sa solitude. Dans un ascenseur bloqué, il rencontre la charmante Elise, chœur de Jensen, un rockeur très connu. Laura décide de quitter Jensen le jour du 31 décembre. Paul et Ingrid se doivent de réaliser un nombre de résolution le jour du réveillon.  Sam part retrouver Kim, sa dulcinée qu’il a rencontré un an auparavant avec qui il a vécu un coup de foudre…

Une comédie romantique au casting excellent pour vous faire vivre au mieux le Nouvel An si vous n’avez encore rien de prévu !

Un film de Gary Marshall avec Robert De Niro, Michelle Pfeiffer, Katherine Heigl, Bon Jovi, Sarah Jessica Parker, Josh Duhamel, Zac Efron, Lea Michele, Jessica Biel…

New York for New Year’s Eve. A more than tantalising idea! Thousands of New Yorkers and tourists gather every year to celebrate the New Year passage. New Year’s Eve stages the lives of different New Yorkers who all know of each other more or less. Here are the following situations: Two pregnant women are about to give birth on New Year’s eve night, an old man at the end of his life spends New Years ‘eve on his hospital bed, Randy, a usually relaxed man hates New Year’s Eve that reminds him of his loneliness. In a stuck lift, he meets the charming Elise, choir of Jensen, a very well-known rocker. Laura decides to live Jensen on the day of New Year’s Eve. Paul and Ingrid must make a number of resolutions come true. Sam goes to find Kim again, her ladylove he met a year before with whom he lived a crush…

A romantic comedy with an excellent cast to make you live New Year’s Eve at its best if nothing is planned yet!

A Gary Marshall film with Robert De Niro, Michelle Pfeiffer, Katherine Heigl, Bon Jovi, Sarah Jessica Parker, Josh Duhamel, Zac Efron, Lea Michele, Jessica Biel…

2011.

 

Publicités

Mal De Pierres – From The Land of the Moon (2016)

Mal De Pierres. Gabrielle, une femme libre et passionnée a épousé un homme qu’elle n’aime pas. C’est un homme respectable et responsable, mais la jeune femme n’a jamais éprouvé de sentiments. Elle revendique d’être une femme libre à l’époque où la mariage pèse un poids considérable. Gabrielle assume son indépendance d’esprit ce qui fait scandale dans son village. Lors d’un séjour en centre pour traiter ses calculs rénaux, la maladie du « Mal de Pierres » elle rencontre André, un vétéran de la Seconde Guerre Mondiale. Il est sensible, cultivé et charmant. Une passion grandit entre les deux personnages. Gabrielle se sent revivre…

La thématique de ce film est très intéressante. Toute l’intrigue se concentre sur un fantasme. L’héroïne qui n’a pas la vie qu’elle aurait souhaité retrouve l’envie de vivre auprès d’André, un homme ténébreux à la part de mystère. A ses côtés, elle brûle de désir. Le contact charnel lui fait retrouver le bonheur. Ensemble, André et Gabrielle ne font qu’un. L’héroïne a toujours ressenti le besoin d’affection. Elle trouve réconfort, plaisir et douceur en le personnage d’André. Son désir de l’Homme est si fort que le fantasme est immense. André n’est qu’illusion et est le noyau imaginatif de toutes ses envies, de tous ses désirs refoulés. Le chemin de vie qu’elle imagine avec ce blessé de guerre a lieu avec José. Un film fantasmatique sur le ressenti d’une femme piégée par une vie qu’elle n’a pas choisi. Les dialogues qu’elle a avec les deux hommes sont intimes, loin du public. Avec l’un, elle est rebelle et révoltée, avec l’autre, elle est heureuse et apaisée. Le film est assez sombre d’apparence. Il analyse le désir et le fantasme « sexuel » de l’être humain.

Film de Nicole Garcia avec Marion Cotillard, Alex Brendemühl et Louis Garrel, en compétition au Festival de Cannes 2016.

A Nous Quatre (ou L’Attrape Parent) – The Parent Trap (1998)

Annie et Aline (Annie and Hallie en anglais) ne se sont jamais vues. Le destin les amène à se rencontrer dans un camp de vacances. Quand elles se retrouvent face à face pour la première fois, il se passe quelque chose de métaphysique, d’inexplicable. Les deux fillettes commencent à se détester et une rivalité ne tarde pas à s’installer. Un jour, la directrice du camp décide de les envoyer dans la cabane d’isolement après avoir jugé leur comportement inadmissible. Une fois ensemble, Annie et Aline apprennent qu’elles sont identiques, qu’elles ont les mêmes habitudes. Il s’avère qu’elles sont jumelles. L’une n’a jamais vu son père et l’autre n’a jamais vu sa mère. Annie a grandi a Londres tandis que sa soeur vient de Californie. Aline a alors une idée bien originale, voire extraordinaire. A la fin de leur séjour, elles échangent d’identité. Même en étant jumelles, se faire passer l’une pour l’autre est une sacrée épreuve! 

Une comédie familiale sympathique, idéale pour une petite soirée tranquille. Une comédie sensible, drôle et pas trop cucu. J’avoue que l’organisation du scénario m’a paru tirée par les cheveux, presque invraisemblable : Deux jumelles au physique parfaitement identique ne remarquent pas qu’elles sont jumelles immédiatement. Il faut attendre ce moment intimiste dans la cabane pour que les clés de l’intrigue soient dévoilées. Mais bon, c’est un film non ? Donc tout est permis.

Les deux jumelles sont interprétées par la même actrice, Lindsay Lohan. Le montage est tellement bien réalisé qu’on ne remarque rien ou presque ! Un film que j’ai déjà vu plusieurs fois avec le même plaisir!

Un film de Nancy Meyers avec Lindsay Lohan, Natasha Richardson et Dennis Quaid.

Bon film !

 

Annie and Hallie have never seen each other. Destiny is meant to make them meet in a holiday camp. When they meet face to face for the first time, something metaphysical, unexplainable happens. The two girls start hating each other and a rivalry soon settles itself. One day, the head of the camp decides to send them to the isolation hut after having judge their behaviour as unacceptable. Once they are together, Annie and Hallie discover that they are identical, that they have the same habits. They turn out to be twins. One of them has never seen her father and the other one has never seen her mother. Annie grew up in London whereas her sister comes from California. Then Hallie has some original idea, even extraordinary. At the end of their stay, they switch identities. Even being twins, playing to be each other is some challenge!

A nice family comedy ideal for a quiet night. A sensitive comedy, funny and not to cheesy. I must confess that the scenario organisation seemed a bit far-fetched to me, almost unlikely : Two twins with a perfect identical physique do not notice they are twins immediately. We have to wait for the intimate moment in the hut for the scenario to be folded up. But well, it is a film isn’t it? So everything is permitted.

The two twins are interpreted by the same actress, Lindsay Lohan. The editing is made up so well that we do not notice anything, or almost! A film I have already seen many times with the same pleasure!

A film by Nancy Meyers with Lindsay Lohan, Natasha Richardson and Dennis Quaid.

Have a good film!

 

 

La littérature et moi

La littérature est l’un des plus beaux cadeaux qu’on puisse avoir. Elle nous permet évasion et voyages. Au fil des années, elle est devenue une meilleure amie. Avec elle, le mot ennui est proscrit. Au début, je l’appréciais, je m’éloignais d’elle par intermittence, quand mon esprit était occupé à vagabonder. Puis, je l’ai réapprivoisée avant de l’aimer. L’aimer comme un ciel dont les couleurs changent indéfiniment, qui offre un spectacle toujours intense, malgré ses variations. L’aimer car elle offre une multitude de surprises, aussi différentes les unes des autres. Je l’ai aimé quand j’ai compris qu’elle était vectrice de liberté, non soumise à des normes. Je l’ai aimé car j’ai compris qu’ensemble, nous pouvions nous construire un monde à nous, où personne ne pouvait nous guider de telle ou telle façon. La littérature est une meilleure amie ambivalente, aux multiples facettes. J’ai parfois l’impression de la redécouvrir à chaque fois que mon esprit plonge dans les pages d’un livre. La littérature est infinie. Quand les écrivains écrivent des livres, ils lui dessinent un destin. Puis quand un livre est terminé, elle retrouve sa virginité. Elle la retrouve jusqu’à ce que d’autres idées fleurissent dans la tête de l’écrivain. J’aime la littérature, je l’aime, je l’aime car elle s’invente et se réinvente, parfois classique, parfois contemporaine. Dans son ambivalence, la littérature est une femme. Une femme joyeuse, une femme triste, une femme drôle, une femme cultivée, une femme voyageuse, une femme poétesse, une femme historienne, une femme militante. Comment ne pas s’amuser avec elle ? Comment s’ennuyer ? Justement elle est un bouclier idéal contre l’ennui : Je peux la retrouver au fond de mon lit avant de me laisser emporter dans la rêverie, je peux l’emmener avec moi en promenade à l’occasion d’une journée ensoleillée, je peux la retrouver dans le métro où elle me semble être le seul être familier au milieu de la foule constamment en mouvement. La littérature est une amie qui apprend la sérénité ! Littérature, mon amie ! Voici ma déclaration, tu comprends maintenant pourquoi nous resterons à jamais inséparables! Je t’aime et merci d’exister.

3 films de Noël – 3 Christmas films

En cette période de fêtes de fin d’année 2017, j’ai pensé qu’il serait sympa de vous proposer 3 films de Noël à regarder en famille ou entre amis. Trois films que j’ai vus qui m’ont fait rire aux thématiques différentes. Marrez vous bien et je vous souhaite d’excellentes fêtes!

Maman, j’ai raté  l’avion (1990) :

La famille McCallister décide de passer Noël à Paris ! Quelle bonne idée ! Tout semble parfaitement organisé jusqu’à ce que Mrs McCallister ait un flash : où est Kevin, leur benjamin ? S’en suit alors la panique. La mère de famille veut remuer ciel et terre pour rejoindre son fils. En attendant Kevin prend goût à la vie seul et se débrouille comme un adulte, malgré ses huit ans. Il fait les courses, la cuisine et s’amuse bien. Le soir du réveillon, un événement inattendu s’invite chez lui. L’intrusion de deux cambrioleurs ! L’enfant prend alors un malin plaisir à se venger.

Une comédie drôle qui met en scène l’émancipation d’un enfant. Loin de ses parents, Kevin parvient à subvenir à ses besoins seul. Il est futé et débrouillard. On s’attache à lui et il devient presque notre meilleur ami. Kevin est un parfait stratège et on s’en réjouit !

Un film réalisé par Chris Colombus.

 

 

 

 

 

Love Actually (2003) :

Londres à Noël. Rien de mieux ! Des illuminations partout, d’Oxford Street à Camden Town. L’amour ! C’est le plus important dans la vie. On a besoin d’être entouré, d’être aimé. Des Londoniens qui se connaissent de près de loin vivent l’amour à l’approche des festivités. L’amour sous toutes les coutures : Un premier Ministre sexy qui tombe amoureux de sa secrétaire. Un homme est amoureux de la femme de son meilleur ami. Un écrivain qui s’éprend de son aide ménagère, une jolie portugaise. Un anglais complètement déganté qui se lasse des anglaises et qui rêve d’amour avec des petites américaines…

La comédie romantique de tous les temps ! Indémodable ! Devant Love Actually, on se sent bien tout simplement. On croit en l’amour. Les personnages sont tous attachants. On se marre aussi ! Merci Billy Mack, chanteur ringard à la masse qui rêve d’être numéro 1 au top de Noël avec une reprise de la chanson Love is All Around de Wet Wet Wet : Christmas Is All Around !

Un film de Richard Curtis.

 

 

 

Esprit de Famille (2005) :

Qui dit Noël dit : Fêtes de famille ! Les fêtes de familles sont censées être conviviales, sympas, chaleureuses. Mais ce n’est pas le cas pour tout le monde, surtout quand un nouveau conjoint fait son apparition. Meredith Morton est présentée à la famille Stone, famille de son fiancé Everett Stone. C’est une femme à l’éducation conservatrice, un peu coincée. Amy Stone, la sœur d’Everett, une jeune fille cool et libérée a du mal à la supporter. En ce qui concerne les autres, ils font des efforts mais les moqueries ne tardent pas. Le seul qui semble l’apprécier est Ben, le décontracté de la famille. Meredith est bien contente de voir sa sœur Julie arriver. En attendant Sybill Stone profite de chaque moment en famille.

Une comédie super sympa qui met en scène une ambiance familiale classique : les disputes, les joies, les complicités, les peines… C’est un film à l’ambiance bonne enfant qui fait passer un très bon moment à l’approche de Noël.

Un film de Thomas Bezucha.

Des Souris et Des Hommes, Of Mice And Men – John Steinbeck (1937)

La crise économique de la Grande Dépression qui a lieu dans les années 1930 en Amérique force les fermiers à produire plus pour gagner la même somme d’argent. Pour augmenter leur productivité, de nombreux fermiers achetaient plus de terres et investissaient dans du matériel pour lequel il s’endettait. George Milton et Lennie Small, deux fermiers sillonnent les routes de Californie à la recherche d’une exploitation grâce à laquelle ils pourront vivre. Leur amitié est indéfectible, ils sont indissociables. George est un homme rusé réfléchi, dévoué à sa vocation. Il est petit et trapu, tandis que Lennie est grand, imposant et doté d’une force surhumaine. Il souffre d’un retard mental. Son principal loisir consiste à toucher des choses douces, il aime jouer avec des souris et les caresser. George endosse souvent le rôle paternel, il parle à la place de Lennie quand il s’agit de se présenter dans un ranch pour y faire valoir leurs capacités. La force incontrôlée de Lennie pose des problèmes à Curley, le fils du patron du ranch et à sa belle jeune femme. Le ranch dans laquelle les deux amis se sont intégrés qui était imaginée comme une solution à leurs écueils n’offre finalement pas de conditions de travail idéal. Lennie est moqué et maltraité. Quand il discute avec la femme de Curley et qu’il se plaît à lui toucher les cheveux, il la tue accidentellement. Curley et les autres s’engagent dans une course poursuite pour faire payer à Lennie d’avoir assassiner sa femme. Lennie se fait tuer par George d’une balle dans la tête car il veut « sauver » son ami et lui éviter le pire. Son acolyte lui prouve alors sa plus belle amitié. Il a toujours considéré son ami comme un frère, l’a protégé à chaque instant et le faire mourir avant de connaître le pire physiquement et mentalement est après tout une grande preuve d’amour.

Ce roman est attrayant est enrichissant. Il nous décrit avec finesse la nature humaine. Des hommes qui se sentent seuls, qui rêvent de jours meilleurs. Lennie et George connaissent également la violence et l’injustice. L’ambiance de le ranch imposée par Curley est patriarcale et machiste. Sa femme est la seule femme du roman, soumise aux désirs de son mari. Elle peine à se détacher de cet esprit dominateur. Crooks est le seul travailleur noir du ranch, il est séparé des autres. On y voit une dimension ségrégationniste. Des Souris et Des Hommes dépeint donc une vision antagoniste de l’Amérique. D’un côté, l’’American Dream’ et le rêve de réussite et de l’autre, les travers d’une Amérique conservatrice. C’est un roman binaire, à la fois sombre et plein d’espoir avec en toile de fond une merveilleuse amitié. J’ai été émue et attachée au personnage de Lennie, naïf et inoffensif. Les deux hommes s’aiment comme deux frères et leur amitié est plus forte que tout.

John Steinbeck (1902-1968) est né à Salinas en Californie. Il grandit dans les ranchs et se préoccupe de la situation sociale des pauvres qui souffrent de la crise. Pendant la Grande Dépression, de nombreux agriculteurs sont forcés de déménager pour trouver un travail convenable. Ces bouleversements qui touchent l’Amérique rurale sont chers à l’écrivain. Ce sujet est d’ailleurs abordé dans un autre grand roman qui est avec Des Souris et des Hommes sans doute le plus connu : Les Raisins de la Colère.

Je me rappelle de ma troisième année d’Anglais à l’Université de Warwick en 2013-2014 pendant laquelle j’avais fait la connaissance de James, un camarade en cours d’Histoire. Un jour alors que nous étions tous les deux au pub de la fac, le Dirty Duck, où tous les étudiants allaient pour déguster une bonne bière (well, of course !!!) On s’était raconté nos vies, on avait bien rigolé. Puis au milieu de la conversation, James m’avait soudain lancé : By the way, have you read Of Mice And Men ? Je lui avais dit non et il avait commencé à me raconter l’histoire du roman. Il avait ajouté “You Must Read It! It’s So Good!” Eh bien, je dois dire que James avait raison! Cheers James!!! Voici une très bonne adaptation du livre réalisée par Gary Sinise en 1992, avec Gary Sinise et John Malkovich.

Désolée pas de version française pour cette fois 😦