La littérature et moi

La littérature est l’un des plus beaux cadeaux qu’on puisse avoir. Elle nous permet évasion et voyages. Au fil des années, elle est devenue une meilleure amie. Avec elle, le mot ennui est proscrit. Au début, je l’appréciais, je m’éloignais d’elle par intermittence, quand mon esprit était occupé à vagabonder. Puis, je l’ai réapprivoisée avant de l’aimer. L’aimer comme un ciel dont les couleurs changent indéfiniment, qui offre un spectacle toujours intense, malgré ses variations. L’aimer car elle offre une multitude de surprises, aussi différentes les unes des autres. Je l’ai aimé quand j’ai compris qu’elle était vectrice de liberté, non soumise à des normes. Je l’ai aimé car j’ai compris qu’ensemble, nous pouvions nous construire un monde à nous, où personne ne pouvait nous guider de telle ou telle façon. La littérature est une meilleure amie ambivalente, aux multiples facettes. J’ai parfois l’impression de la redécouvrir à chaque fois que mon esprit plonge dans les pages d’un livre. La littérature est infinie. Quand les écrivains écrivent des livres, ils lui dessinent un destin. Puis quand un livre est terminé, elle retrouve sa virginité. Elle la retrouve jusqu’à ce que d’autres idées fleurissent dans la tête de l’écrivain. J’aime la littérature, je l’aime, je l’aime car elle s’invente et se réinvente, parfois classique, parfois contemporaine. Dans son ambivalence, la littérature est une femme. Une femme joyeuse, une femme triste, une femme drôle, une femme cultivée, une femme voyageuse, une femme poétesse, une femme historienne, une femme militante. Comment ne pas s’amuser avec elle ? Comment s’ennuyer ? Justement elle est un bouclier idéal contre l’ennui : Je peux la retrouver au fond de mon lit avant de me laisser emporter dans la rêverie, je peux l’emmener avec moi en promenade à l’occasion d’une journée ensoleillée, je peux la retrouver dans le métro où elle me semble être le seul être familier au milieu de la foule constamment en mouvement. La littérature est une amie qui apprend la sérénité ! Littérature, mon amie ! Voici ma déclaration, tu comprends maintenant pourquoi nous resterons à jamais inséparables! Je t’aime et merci d’exister.

Publicités

2 commentaires sur « La littérature et moi »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s