Les vies de papiers – Rabih Alameddine :

 

L’histoire d’Aaliyah, une femme de soixante-douze ans qui vit à Beyrouth. Elle tient une librairie et traduit des œuvres littéraires. La littérature est une passion. Uniquement une passion car elle traduit pour le plaisir et n’a jamais fait commerce de ses travaux. En toile de fond, la veille dame nous raconte l’histoire de sa ville et de son pays, en proie à des chamboulements politiques. Aaliyah est une femme drôle et passionnée.

Premièrement, j’ai eu un coup de cœur pour la couverture très colorée et chaleureuse. Ce livre est sympathique est agréable à livre. Il est très riche en références littéraires pour les intéressés. Le seul bémol que j’ai remarqué est que le récit est parfois désorganisé, sans fil conducteur. Aaliyah commence à parler de littérature pour ensuite directement évoquer ses histoires familiales, ses relations de voisinage. A part ça, je trouve que c’est un film plaisant qui apporte autant littérairement qu’historiquement. Je le recommande donc !

Prix FEMINA 2016.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s