Autour de ton cou – A thing around your neck – Chimamanda Ngozi Adichie

Encore de la littérature Africaine!

L’Amérique, le Nigéria. Deux pays lointains. Le recueil de nouvelles Autour de ton cou de Chimamanda Ngozi Adichie met en scène des histoires de Nigérians attachés à leur terre natale ainsi que des expatriés partis vivre en Amérique. Comment se sent-on lorsque l’on vit dans un autre pays ? Comment supporter le fait d’être toujours considéré comme « différent » ? Demander des visas, apprendre que son mari a une autre compagne au Nigéria, vivre dans la peur d’être expulsé… Des nouvelles qui questionnent le terme « identité », l’importance du pays natal, les coutumes. Chimamanda Ngozi Adichie nous présente des personnages qui sont dans l’attente d’un monde meilleur, leur situation sociale nous touche.

Le quatrième livre de cette auteure que j’ai lu ! J’aime cette femme et je trouve son propos d’une grande intelligence. A travers ses romans et nouvelles, on observe une grande dimension sociale. Les personnages sont attachants et font souvent face à des problèmes sociaux.

African literature again!

America, Nigeria. Two far away countries. The collection of short stories A thing around your Neck by Chimamanda Ngozi Adichie stages stories of Nigerians attached to their native land as well as expatriates gone to live in America. How do we feel when we live in another country? How can we bear the fact of always being regarded as “different”? Asking for visas, hearing that her husband has another partner in Nigeria, living in the fear of being expulsed… Short-stories that put into question the term “identity” the importance of the native land, customs. Chimamanda Ngozi Adichie introduces to us characters waiting for a better world, their social situation touches us.

The fourth book of this author that I read! I love this woman and I think her words very clever. Throughout her novels and short stories, we observe a great social dimension. The characters are endearing and often face social problems.

Publicités

L’Iranienne – Maurice BIGIO

Shirine. Une iranienne convertie à l’Islam qui se bat pour son enfant Shantia, atteint d’une maladie musculaire. Son mari est préoccupé par des sujets contre lesquels elle se bat : le nucléaire, la rigidité des Mollah, l’homophobie. 

Shirine devient l’amie d’une journaliste Européenne mais son mari lui défend d’entretenir des relations avec elle. C’est un homme anti-occidental qui croit en la suprématie de son régime. Selon lui, les Occidentaux ne sont pas fréquentables. Shirine critique ouvertement ses positions. Elle croit en un avenir concernant le conflit Israélo-Palestinien. Son enfant Shantia est malade et son mari refuse de le maintenir dans le système scolaire tandis que Shirine en fait son principal combat. Selon elle, la socialisation demeure essentielle. Son mari, très rétrograde, ne croit pas aux vertus de la médecine et ne fait que de prier les Mollah. Shirine s’insurge contre cela. L’amour qu’elle ressentait pour son mari s’estompe, puis s’efface à la suite de de disputes. Par ailleurs, Shirine devient le symbole de la défense des homosexuels et des écrivains que l’on réprime. Elle devient l’avocate d’un des écrivains les plus connus d’Iran. L’héroïne sait qu’elle court un risque, mais la lutte pour le maintient de la liberté est sa raison de vivre.

Un livre intéressant et facile à lire qui place une femme au centre de l’attention dans une des sociétés les plus patriarcale du monde. Une femme déterminée, combative, dévouée. Un message d’espoir et de lutte face au maintient de la République Islamique mise en place en 1979 par Khomeyni.  Maurice BIGIO qui s’intéresse au Proche-Orient, signe son premier roman.