Le Cercle des Poètes Disparus – Dead Poets Society (1989)

1959. Neil Perry, Knox OverStreet, Charlie Dalton, Todd Anderson et les autres intègrent la prestigieuse école de Welton, l’une des plus reconnues en Amérique. En son sein, la perfection est de mise. Il faut être excellent, discipliné et stricte. Malgré cela, les jeunes hommes ont la chance de connaître John Keating, un professeur de littérature. Cet homme enjoué, anticonformiste donne à ses élèves un grain de folie qui égaye l’ambiance des cours. La littérature, le théâtre sont deux domaines merveilleux selon le professeur et il parvient à passionner les jeunes garçons. Un jour, il leur fait connaître Le Cercle des Poètes Disparus.

Neil Perry est le personnage principal du film. Il est passionné de théâtre, sensible et fragile. Être dans l’école de Welton lui donne un élan de liberté, loin de son père, infiniment sévère.

Todd Anderson partage la chambre de Neil. C’est un garçon raisonnable, timide et réservé.

Knox OverStreet tombe follement amoureux d’une jeune fille.

Charlie Dalton est le leader du groupe. Il est passionné et engagé contre l’injustice.

Richard Cameron est très discipliné, jusqu’à être fayot. (Eh oui, on a tous connu un!!!)

 

Ce film est sans doute mon préféré. Je n’ai jamais autant pleuré que devant Le Cercle des Poètes Disparus. Pleurer tant ce film est émouvant, triste, fort, humain. Robin Williams (RIP grand maître!) qui interprète le rôle de Mr Keating est exceptionnel. La passion des arts émane de lui et elle bouleverse la vie des étudiants qui goûtent à la beauté et à la folie de la vie. L’atmosphère est bonne-enfant entre le groupe d’amis et on prend plaisir à les suivre dans leur quotidien. Le professeur devient complice avec ses élèves. L’intrigue se concentre sur le personnage de Neil Perry qui se trouve tiraillé entre sa passion pour le théâtre et l’avis de son père qui souhaite plus que tout le devoir devenir brillant médecin. Dans ce film, on assiste à toutes les questions qui occupent l’esprit des adolescents : l’accomplissement de ses rêves face à l’avis des parents, le combat face à une trop grande timidité, affronter le regard des autres, l’amour, assumer d’être rebelle. Un film qui offre énormément humainement où rires et larmes s’entremêlent. 
 

Un film de Peter Weir.

Avec : Robin Williams, Robert Sean Leonard, Ethan Hawke, Gale Hansen, Josh Charles…

Scene in English : 

Publicités

Les Noces Rebelles – Revolutionary Road (2008)

 

On se souvient tous de ce film tellement romantique entre Rose et Jack! Franchement qui n’a pas pleuré ? C’était Titanic en 1997. 11 ans plus tard, on retrouve le couple mythique, amis dans la vie, dans un registre totalement différent dans le film Les Noces Rebelles. Film réalisé par Sam Mendes, mari de Kate Winslet à l’époque. Fini le couple idéal qui fait rêver le plus grand nombre! Cette fois, les deux acteurs interprètent le rôle de Frank et April Wheeler, deux américains qui croient incarner le couple idéal, aux ambitions folles. Pourtant, ils découvrent rapidement qu’ils ne seront jamais le couple qu’ils avaient tant imaginé. Dans une Amérique des années 50 où le pays vit des mutations sociales, le couple rencontre des difficultés. April est une femme au foyer qui reste à longueur de journée dans sa banlieue monotone du Massachussetts et Frank se fatigue à faire la navette entre le travail et son domicile pour exercer un travail qu’il n’affectionne guère. La jeune femme rêve d’une autre vie.

Sam Mendes a sous la main un casting parfait. Kate Winslet et Leonardo DiCaprio incarnent un couple amoureux dérangé par les mésententes et les contradictions. Quel est la meilleure solution, accepter de vivre loin l’un de l’autre en ne partageant presque plus rien ou vivre à une vie meilleure qui se promet d’être incertaine ? Un film social qui met en scène la décadence d’un couple en pleine désillusion qui représente le fake American dream. Kate Winslet et Leonardo Dicaprio jouent leurs rôles avec passion.

 

Ce que pensent les hommes – He’s just not that into you (2009)

Ce que pensent les hommes est une comédie romantique mettant en scène des personnes vivant à Baltimore, se connaissant plus ou moins par relations interposées. Peut-être que vous l’avez déjà vu mais si ce n’est pas le cas, vous rigolerez bien! Grâce à ce film, vous comprendrez les relations hommes/femmes. Tout est très bien vu. Dans ce film, vous observerez tous les cas de figure :

Beth, une quarantenaire qui file le parfait amour avec Neil, son compagnon depuis 7 ans mais n’est cependant pas comblée de bonheur puisqu’elle n’est pas mariée. Selon elle, le mariage représente l’amour avec un grand A et la fidélité.

Anna, une prof de yoga, blonde, pulpeuse et drôle. Elle craque pour Ben et c’est un sentiment réciproque mais il est marié!

Gigi, une jeune trentenaire toute mignonne qui croit dur comme fer au pouvoir de l’amour et qui vit dans un éternel conte de fées.

Mary, une trentenaire qui n’a connu que des relations instables et qui s’accroche aux réseaux sociaux pour garder espoir.

A côté de ça, vous avez les hommes qui fonctionnent très différemment des femmes.

Neil est très heureux sans penser au mariage.

Ben est bloqué entre Anna et sa femme.

Alex, un barman très sympathique est bavard, à l’aise et s’y connaît très bien en théories hommes/femmes.

Connor est amoureux d’Anna, mais ce n’est malheureusement pas réciproque. 

Le film est divisé en différentes parties :

S’il ne t’appelle pas

S’il ne t’épouse pas

S’il ne couche pas avec toi

Ce film montre bien que nous les femmes sommes à fond quand un homme nous intéresse. On est à fond sur les sms à sursauter au moindre bruit! Eh ouiiii…. On se prend la tête et on parle de ça pendant des heures avec nos copines pour essayer de décrypter ce qu’il se passe dans la tête de ce dernier. Un homme, au contraire ne se prend pas souvent la tête et ne se montre souvent qu’en cas de réel intérêt. Les gars ne perdent pas leur temps. 

Un film de Ken Kwapis avec : Scarlett Johannson, Justin Long, Ginnifer Goodwin, Jennifer Aniston, Bradley Cooper…

 

Bon film à tous!!!

 

 

 

Petit sondage – A little poll

Bonsoir à tous,

Je suis ravie de voir que de plus en plus de gens me suivent sur Chocolat Chaud et Chantilly! Pour continuer de vous plaire, j’aurais besoin que vous répondiez à ce sondage

Donnez votre avis à l’aide de numéros. Vous trouvez que les articles sont :

  1. intéressants
  2. trop intellectuels
  3. cool!
  4. pas assez centrés sur les films

Merci de votre participation et à bientôt!

Good evening everybody,

I’m glad to see that more and more people are following me on Hot Chocolate and Whipped Cream! To go on pleasing you, I would need you to aswer this poll.

Give your opinion thanks to numbers. You think articles are :

  1. interesting
  2. too intellectual
  3. cool!
  4. not focused on films enough
  5. (only for English speakers) too belated as far as translations

Thank you for your participation and see you soon!

Cyrine

Le Majordome – The Butler (2013)

1920. Géorgie. Etats-Unis. Cecil Baines est un jeune garçon grandissant dans un champ de coton. Il voit son père mourir devant lui, tué par un esclavagiste.  Recueilli par une grand-mère qui l’initie à la vie d’intérieur, il devient ensuite majordome et vit confortablement. Habitué à la sérénité, sa condition est presque omise :  esclave victime de persécution. Quand il agit pour ses supérieurs, il fait preuve d’un incroyable professionnalisme et ne cherche aucunement à se révolter. Son sérieux est reconnu jusqu’à la Maison Blanche. Cecil Baines voit défiler sept présidents. Il a une femme, Gloria, avec laquelle il a deux enfants nommés Louis et Charlie. Ils sont tous deux impliqués dans la vie politique. Louis est actif socialement et Charlie décède pendant la Guerre du Vietnam.  Louis est en quelque sorte le second personnage du film; militant de la cause noire pendant les droits civiques des années 1960, il est déterminé à faire valoir les droits de la communauté. Selon lui, c’est un combat vital, crucial. On découvre donc deux visions diamétralement opposées. Cecil Baines peine à comprendre les motivations de son fils tandis que Louis n’admet pas la position placide de son père face à tant d’agitation et de révolte dans le pays.

Dans ce film, Lee Daniels dénonce le racisme avec justesse et engagement. La suprématie blanche, même au sein des plus hautes autorités de l’état est impitoyable. A cette époque, la reconnaissance des conditions de vies des noirs en tant que citoyens est loin d’être acquise. Au sein de la Maison Blanche, les domestiques sont noirs, ils créent leur communauté « inférieure » aux yeux des décisionnaires de l’Etat. C’est la notion du « upstairs/downstairs. « au dessus/ en dessous » pour signifier que les domestiques, noirs qui plus est, n’ont pas le droit à la parole. Entre eux, ils sont très soudés et évoquent parfois la situation politique de leur pays, en l’absence de la hiérarchie. On les voit sympathiser, rire. Pour se rapprocher de l’Histoire avec la plus grande fidélité, Lee Daniels décide de revenir sur les émeutes de Birmingham en Alabama, sur les sit-in* qui se transforment en symbole de combat pour la victoire. Un film juste, émouvant, engagé. Forest Whitaker nous offre une interprétation exceptionnelle pour retracer l’histoire d’un homme qui nous montre à travers son expérience le chemin vers le changement.

Un film de Lee Daniels au casting à la hauteur pour un film d’envergure : Forest Whitaker, Oprah Winfrey, John Cusack, Robin Williams, Jane Fonda, David Oyewolo, Lenny Kravitz, Mariah Carey, Terrence Howard…

Un très bon film historique!

sit-in : fait d’occuper un endroit de manière pacifique lors d’une contestation