Life (2015) Anton Corbjin

1955. Los Angeles. Dennis Stock est un photographe désabusé qui rêve de succès.  Réaliser des photos de stars et des portfolios est l’objectif principal de sa vie. C’est la seule chose qui lui donne espoir. Père divorcé, il ne voit que très rarement son fils qui habite à New York. Sa vie semble morne et monotone, jusqu’à ce qu’elle s’illumine lors d’une soirée organisée par Nicholas Ray, cinéaste, au cours de laquelle il fait la connaissance d’un certain James Dean  qui vient de terminer le tournage d’A l’Est d’Eden et qui n’est pas encore habitué aux paillettes hollywoodiennes. Dennis Stock est « subjugué » par ce personnage complexe, décalé qui n’a pas l’attitude attendue d’une star de cinéma.

Les deux hommes s’apprivoisent et s’associent. Leur relation prend forme à partir de leur complémentarité. Dennis pense enfin avoir trouvé celui qui lui fera retrouver le succès et James Dean entrevoit la célébrité grâce aux photos de son associé, publiées dans le Magazine Life.

Dennis Stock est fasciné par son modèle et James Dean ne manque pas de le charmer. On devine un attrait entre les deux hommes. Leur relation est construite autour de deux rêves alimentés de bonheur et d’envie qui les positionne dans des postures inconfortables : la colère, le doute, la tristesse.

Malgré son désir de conquête du grand écran, James Dean est aussi montré en homme qui doute de lui ainsi qu’en homme sensible.

Dane Deehan et Robert Pattinson forment un duo intéressant. Dane Deehan est fascinant pour son premier rôle dans la peau d’un James Dean décalé, désinhibé, souvent ivre et nonchalant qui devient une icône presque malgré lui. Robert Pattinson endosse le rôle de Dennis Stock. Fini le temps du héros faisant chavirer les cœurs des jeunes filles dans Twilight! On le découvre en jeune homme de 26 ans, sans aucune attache au début du film, ni affective ni professionnelle, qui retrouve tout son sérieux et sa dévotion à la photographie suite à sa rencontre avec James Dean.

Un film d’Anton Corbjin avec Dane Deehan et Robert Pattinson.

1955. Los Angeles. Dennis Stock is a disillusioned photographer dreaming of success. He wishes to realise photos of stars and portfolios, main goal in his life. It is the only thing who gives him hope. Being a divorced father, he just sees his son very rarely who lives in New York. His life seems bleak and monotonous, until it is lighten up during a soirée organised by Nicholas Ray, a film-maker during which he is introduced to some James Dean. A farm boy from Indiana who just finished being on the set of East of Eden, who is not used to Hollywood glitter yet.

Dennis Stock is captivated by this complex, quirky character who does not have the expected attitude of a film star.

The two men get to know each other and join forces. Their relationship shapes around complementarity. Dennis thinks he has finally found the one who will make him successful again and James Dean believes he could catch side of celebrity throughout his partner’s photos published in Life Magazine.

Dennis Stock is fascinated by his model and James Dean,  does not fail to charm him. We can even guess hints of homosexual relations between the two men.  Their relationship is built around two dreams fuelled with happiness and wanting that put the two young men into uncomfortable positions: Anger, doubt, sadness.

Even though he desires to conquer the wide screen, James Dean is also shown as being a not self-confident man as well as being sensitive.

Dane Deehan and Robert Pattinson constitute an interesting duo. Dane Deehan is fascinating in his first role as a quirky James Dean who sometimes gets rid of his inhibitions. Presented as an often drunk and casual man, we remark a becoming icon, almost despite himself.   Robert Pattinson takes on the role of Dennis Stock.  Over the time of the heartbreaker hero in Twilight! We discover him as a 26-year-old man, with no ties at the beginning of the film, neither affective nor professional, who finds his seriousness and commitment again after his encounter with James Dean.

Publicités

Petite pause…. A Little break

Chers lectrices, chers lecteurs,

L’été arrive!!! Super! J’espère que vous allez tous bien et que vous avez le temps de sortir  prendre quelques couleurs!

 ça fait un petit moment que je n’ai pas publié de nouveaux articles. J’avais besoin de faire une petite pause. Eh oui, pour continuer de vous plaire, il faut parfois que l’imagination revienne!!! 🙂

De nouveaux articles arriveront très prochainement.

Cyrine

Dear readers,

Summer is coming up! I hope you are all doing well and that you have time to go out to get some colours 

Please excuse me if it has been a while that I have not posted new articles. I needed to take a little break. Oh yes, to go on pleasing you, imagination sometimes needs to come back!!! 🙂

New articles will come up very soon

Special note : Sorry if some of my articles have not been translated. I will sort it out soon.

Kramer contre Kramer – Kramer vs Kramer (1979)

Un film émouvant qui raconte l’histoire de Ted Kramer, un homme sérieux, brillant et dévoué dans son travail. Malgré cela, sa situation familiale se détériore. Sa femme, Joanna est une femme émotive, fragile, qui manque de confiance en elle. Elle est tellement mal dans sa peau qu’elle décide de quitter Ted, qui aura ensuite la charge de son fils de huit ans, Billy.  On découvre alors la vie parentale de Ted qui se retrouve seul à tout gérer pendant dix huit mois. Au début, Billy a du mal à se passer de sa mère jusqu’à ce qu’une vraie complicité naisse entre le père et son fils. Face à cette situation nouvelle, d’où quelques maladresses, il se montre disponible et fait son maximum pour que son fils se sente bien. Mais cet équilibre de vie est menacé quand Joanna, de retour d’un séjour en Californie se rend devant la justice pour demander la garde de son fils. La décision de la justice demeure incertaine mais donne finalement raison à Joanna. Ted Kramer qui avait tissé une relation solide avec son fils se trouve totalement déstabilisé. Son ex-femme comprend alors l’intensité du lien entre Ted et son fils et décide de lui laisser la garde de Billy.

Film culte de Robert Benton  avec Dustin Hoffmann, Meryl Streep et Justin Henry qui traite de la parentalité. Un regard émouvant sur la situation, plaçant le père au centre de l’intrigue, le mettant face à toutes ses responsabilités. Dustin Hoffman est parfait en père maladroit mais tendre, également drôle. Film oscarisé en 1980. Oscar du meilleur acteur pour Justin Hoffmann, Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour Meryl Streep, Oscar de la meilleure adaptation pour Robert Benton.

A touching film that tells Ted Kramer’s story, a serious and brilliant man committed to his work. Despite that, his family situation deteriorates. His wife Joanna is an emotional and fragile woman who lacks confidence.  She is so much not at ease with herself that she decides to leave Ted who will afterwards be given custody of his eight-year-old son, Billy. We then discover Ted’s fatherhood who ends up being alone, taking on everything for eighteen months. At first, Billy can hardly get used to his mother’s absence until a real complicity comes out between the father and his son. Ted Kramer is not really used to this new situation, hence some clumsiness, but he makes himself very availiable and does his best for his son to feel good. However, this freshly new life balance is threatened when Joanna comes back from a stay in California and asks to be given custody of her son. The court decision lingers uncertain for some time but eventually gives reason to Joanna. Ted who got used to his son and who had really made up a relationship with his son turns out to be totally bewildered. However, his wife has understood everything he did for his son and decides to give him custody of Billy.

A cult film by Robert Benton with Dustin Hoffman, Meryl Streep and Justin Henry that deals with fatherhood. An emotional outlook on the situation, putting the father at the centre of the plot, making him face all his responsibilities. Dustin Hoffman is perfect as a clumsy but tender father, also funny! A film that got the Academy Award in 1980. Academy Award for the best actor to Dustin Hoffman. Academy Award for the best actress in a supporting role to  Meryl Streep, Academy Award for the best adaptation to Robert Benton. 

The Holiday (2006)

 

Les filles, sortez vos couvertures et votre lait chaud! Une comédie romantique bien sympathique et légère qui ne nous fait pas réfléchir. On se laisse simplement porter par les événements, en s’attendant à la fin comme dans la plupart des comédies romantiques.

Dans ce film, l’idée principale est positive et agréable : Un échange de maison. A la suite d’une tromperie, Amanda est très en colère et à besoin de changer d’air. Iris, a besoin de prendre des vacances loin de Jasper, son compagnon avec qui elle vie une parenthèse difficile. Les deux femmes procèdent donc à cet échange. Iris se retrouve alors à Los Angeles et Amanda est transportée vers le Surrey, région du sud de Londres. L’américaine découvre un cottage de campagne, rustique et convivial tandis qu’Iris est émerveillée par l’immensité et le confort de la maison de sa correspondante.

A peine arrivée, Amanda voit frapper à sa porte le frère d’Iris nommé Graham. C’est un gentleman sociable, occupé par sa vie familiale. Il est très beau et débordant de charme, alors Amanda n’y est pas insensible. Les deux personnages vivront une idylle pendant les vacances. De son côté, Iris fait la connaissance de Miles, un ingénieur qui est chargé de s’occuper des musiques de films. C’est un homme joyeux, loufoque et infiniment naturel ce qui plaît à la jeune femme.

Deux histoires entrecroisées qui permettent de s’échapper pendant deux heures. Des passages drôles, de la tendresse, de la complicité. Le scénario correspond parfaitement à l’idée de la comédie romantique.

Un film de Nancy Meyers avec Cameron Diaz, Kate Winslet, Jude Law et Jack Black.

Girls, get your blankets out and your hot milk! A very nice and light romantic comedy that doesn’t need much thinking. We just let ourselves get carried along by the events, expecting the end, such as most of romantic comedies. In this film, the main idea is nice and positive : Home exchange. After her parter cheated on her, Amanda is very angry and needs some fresh air. Iris, needs to be on holiday away from Jasper, her partner with whom she goes through a difficult period. The two women then proceed to home exchange. So, Iris is in Los Angeles and Amanda is heads off in Surrey, a region in South London. The American woman discovers a rustic and homely country cottage whereas Iris is amazed by the comfort in her penfriend’s house. Just after her arrival, Amanda sees Iris’ brother, knocking on her door,  named Graham. He is a social gentleman busy with his family life. He is very good looking and insanely charming, so Amanda is not unsensitive. As far as Iris, she gets to know Miles, an ingeneer who manages the films soundtracks. He is a joyful, zany and extremely natural, what the young woman likes.

Two intertwined stories that enables us to get away for two hours. Funny passages, tenderness, complicity. The scenario perfectly matches the idea of the romantic comedy. 

A film by Nancy Meyers with Cameron Diaz, Kate Winslet, Jude Law.

 

 

 

 

Good Morning Vietnam (1988)

Saigon, 1965. L’armée américaine est en mission de «pacification». Adrian Cronauer est affecté à la station de radio des forces armées. Il y déverse informations falsifiées, musique rock déchaînée et pastiches d’hommes politiques, après sa tonitruante phrase : «Gooood Moooorning Vietnam», hurlée chaque matin. Son anticonformisme et son humour cinglant le font très vite adorer des GI’s et de certains de ses chefs mais détester de la plupart des gradés, qui le jugent trop subversif. Pour séduire Trinh, une jeune Vietnamienne, Adrian s’improvise professeur et dispense un enseignement fondé essentiellement sur l’argot. Pendant ce temps, les combats s’intensifient…

Film sympathique dont la thématique historique le rend intéressant. Les combats menés sont violents, nous avons l’impression d’être transportés dans le décor. Nous ressentons la domination américaine sur la situation. Le personnage Adrian Cronauer, personnage drôle et sensible se range du côté des vietnamiens, ce qui redonne de la joie à la population victimisée.  

Adrian Cronauer incarné par le très grand Robin Williams est très drôle, il critique parfois les autorités de son pays. Son manque de sérieux déplaît à sa hiérarchie. Son humour nous permet de prendre de la distance par rapport à la gravité de la situation.

Un film divertissant!

Un film de Barry Levinson, avec Robin Williams et Forest Whitaker.

La La Land (2017)

City of Stars, are you shining just for me?

Après Crazy Stupid Love (2011), le beau Ryan Gosling et la pétillante Emma Stone se retrouvent avec plaisir à l’écran à l’occasion de la comédie musicale La La Land. Dans un L.A joyeux, vif, et coloré Sebastian et Mia se rencontrent. Lui, veut percer dans le jazz, elle, dans la comédie. Même si leurs débuts ne sont pas prometteurs, ils vont reprendre confiance en se fréquentant et en apprenant l’un de l’autre.

Un film riche en couleurs, en chansons joyeuses et en scènes grandioses, La La Land est un film très agréable à regarder! On y découvre l’univers d’Hollywood connu pour ses spectacles. Emma Stone est très émouvante, ses larmes nous touchent. Personnellement, j’ai trouvé qu’elle ne chantait pas très bien, mais c’est un détail anodin face à la qualité de son jeu.

Ryan Gosling est toujours aussi beau et c’est peut-être pour cela qu’il incarne le rôle principal du film. C’est une sorte d’anti-héros qui correspond pourtant à l’image classique du prince de conte de fées.  

Le film est composé de longueurs dont nous pourrions nous passer mais malgré cela, nous passons un très bon moment. C’est un film qui fait du bien!

Conseil : très bon film entre amis ou en famille.

Oscars : Meilleure Actrice/Meilleure musique.

 

After Crazy Stupid Love (2011), the handsome Ryan Gosling and the bubbly Emma Stone meet again on screen with pleasure on the occasion of the musical La La Land. In a joyful, vivid, and colourful LA, Sebastian and Mia meet. He wants to make a breakthrough in jazz, as for her in comedy. Even if their beginnings are not flourishing, they are going to regain cofidence seeing each other and learning from each other.

A film full of colours, joyful songs and outstanding scenes, La La Land is a nice film to watch! We discover the universe of Hollywood known for its shows. Emma Stone is very moving. Her tears touch us. Personally, I thought she did not sing so well but it is a trifling detail in front of the quality of her game.

Ryan  Gosling is always as good looking as ever and it may be the reason why he embodies the main role of the film. He is a kind of anti-hero who yet stands for the classical image of the prince charming in fairytales.

This film is composed of boring bits we could go without, but despite that, we spend a very good moment. It is a film that makes you feel good!

Advice : very good film with friends of family.

Oscars : Best actress/ Best Music