Des livres, des livres et des livres! – Books books and books!

Nouvelles critiques littéraires prochainement!

New literary critiques coming up soon!

Publicités

Into the Wild, Voyage au bout de la solitude – Jon Krakauer

Into the Wild raconte l’histoire de Christopher McCandless, tout jeune diplômé de l’Université. Brillant et prometteur, il décide pourtant de défier les normes de la société moderne impliquant la réussite, l’argent et le confort. Il brûle ses papiers et fait don de son argent à une grande association qui lutte contre les injustices humanitaires.  S’en suit alors une remise en question. Le jeune homme préfère de loin la grandeur de la Nature et son immensité. Il se lance dans un road trip à travers les Etats-Unis, sans papiers ni ressources.  Il se fait appeler « Alexander Supertramp ». Certaines personnes qui l’ont connu le croient parfois même mort. Christopher McCandless échange par lettres avec ses amis et sa famille au début du voyage, puis finit par s’en détacher. Il rencontre aussi des gens pendant son voyage mais ne garde aucune attache affective. Il trouve sa raison de vivre mais au détriment  de sa vie sociale. 

Jon Krakauer, journaliste mène l’enquête de sur ce destin hors du commun et nous offre un bon roman sur l’alter mondialisme, le goût de vivre avec peu, la retraite spirituelle, la Nature en tant qu’objet sacré.

Roman que j’ai aimé, même si j’ai trouvé le personnage profondément égoïste par rapport à sa famille. Partir pour soi et complètement disparaître. Cependant, ce roman vous ouvrira les yeux sur un autre monde possible! 

Ce roman a été adapté au cinéma par Sean Penn en 2007.

 

Into the Wild tells the story of Christopher McCandless, freshly graduated from University. Brilliant and promising , he however decides to challenge standards of modern society implying success, money and comfort. He burns his papers and gives his money to a big charity that fights humanitarian injustices. Then comes questioning. The young man prefers the greatness of Nature and its immensity by far. So, he ends up doing a road trip in the United States, alone, without resources. No papers, no money. Moreover, in this epistolary novel, the character even comes to make himself call by another name “Alexander Supertramp”. Some people who knew him think he is dead. Christopher McCandless communicates by letters with his friends and family at the beginning of the novel, then gradually drifts apart. He also meets people during his trip but has not any affective ties. A Krakauwer investigation about this out of ordinary destiny who lives in harmony with nature.

A good book on anti-globalisation, the taste of living simply, spiritual retirement, Nature as a sacred object.
Christopher MacCandless has been thought as dead many times. A character who has found his reason for living to the detriment of losing his social life.
A novel I liked, even though I thought the character was deeply selfish in regard to his family. Leaving for oneself and vanish completely. However, this novel will open your eyes on another possible world!
This book was adapted on screen by Sean Penn in 2007.

 

 

 

 

 

Petite pause…. A Little break

Chers lectrices, chers lecteurs,

L’été arrive!!! Super! J’espère que vous allez tous bien et que vous avez le temps de sortir  prendre quelques couleurs!

 ça fait un petit moment que je n’ai pas publié de nouveaux articles. J’avais besoin de faire une petite pause. Eh oui, pour continuer de vous plaire, il faut parfois que l’imagination revienne!!! 🙂

De nouveaux articles arriveront très prochainement.

Cyrine

Dear readers,

Summer is coming up! I hope you are all doing well and that you have time to go out to get some colours 

Please excuse me if it has been a while that I have not posted new articles. I needed to take a little break. Oh yes, to go on pleasing you, imagination sometimes needs to come back!!! 🙂

New articles will come up very soon

Special note : Sorry if some of my articles have not been translated. I will sort it out soon.

Persépolis – Marjane Satrapi (2003)

Cette bande dessinée autobiographique nous raconte les aventures de Marjane Satrapi, enfant qui grandit pendant la révolution de 1979 en Iran. Cette année là, le dernier Sha Reza Pahlavi est renversé à la suite d’une protestation citoyenne qui s’étend dans le pays. C’était au départ un dirigeant progressiste qui tenait à l’intégration de la femme. Pourtant, la population s’est soulevée à cause d’un mécontentement général. Sans s’y attendre, les Iraniens ont laissé place au régime islamique représenté par Ayatola Khomeini.

Marjane, enfant curieuse et ingénue s’interroge face au changement qui secoue son pays. Elle fait partie d’une famille non attachée aux principes religieux. Ses parents vivent à la façon occidentale. Ils sont la « voix historique » du récit. C’est grâce à eux et au reste de la famille que nous apprenons le contexte politico-social en Iran.

Quand Marjane grandit, elle subit la sévérité du régime islamique. Cette rigidité l’encourage à résister, elle écoute Pink Floyd!

Dans cette bande dessinée, la question de l’identité est importante, surtout dans la deuxième partie du récit où Marjane part étudier en Europe. Elle se retrouve en quelque sorte bousculée par la différence de mode de vie entre l’Orient et l’Occident. Elle peine à trouver sa place à cause de remarques déplacées mais parvient à s’affirmer.

Quand elle revient en Iran, ses amies lui posent des questions sur la vie en Europe et cette fois, ce sont elles qui ont des jugements hâtifs.

Une bande dessinée accessible à tous qui explique bien la situation de l’Iran. L’antagonisme entre l’Orient et l’Occident y est bien expliqué et les désirs d’émancipation et de liberté que l’on voit à travers les yeux de Marjane font écho à la situation des femmes laïques. Persépolis a fait l’objet d’un dessin animé en 2007, avec les voix de Catherine Deneuve et Chiara Mastroianni.

 

This autobiographical comics tells us Marjane Satrapi’s adventures, a child who grows up during the 1979 revolution in Iran. This very year, the last Sha Reza Pahlavi is overthrown after a citizen protest which spreads out in the country. He was at the beginning a progressive leader who had incitiated social reforms. Out of the blue, Iranians leave the place to the islamic regime represented by Ayatola Khomeini.

Marjane, a curious and candid child questions herself in front of the change that skakes up her country. She belongs to a secular family. Her parents live in the western way. They are the « historic voice » of the narrative. It’s thanks to them and the rest of the family that we learn the political and social context in Iran. Marjane suffered from the severity of the islamic regime. This rigidity encourages her to resist, she listens to Pink Floyd!

In this comics, the question of identity is important, especially in the second part of the narrative where Marjane goes to Europe to study. In a way, she finds herself shaken up with the way of live difference between the East and the West. She struggles to find her way because of bad remarks but manages to affirm herself.

When she goes back to Iran, her friends ask her about life in Europe and this time, they are the ones who have quick judgments.

A comics accessible to everyone that explains well the situation in Iran. The antagonism between the East and the West is well put and the desires of emancipation and liberty we can see through Marjane’s eyes ring a bell to the situation of secular women. Persepolis was subjected to a cartoon in 2007, with the voices of Catherine Deneuve and Chiara Mastroianni.

 

 

 

 

 

 

Les contes de la vie ordinaire – Charles Bukowski

 

Dans les contes de la vie ordinaire, Charles Bukowski (1920-1994) nous livre une sorte d’autobiographie. Il parle de son travail d’écrivain, des hauts et des bas du métier, de ses envies, de ses désirs impulsifs, du besoin de sexe, de la folie. Ce sont ces derniers éléments qui font que ce livre est intéressant. A travers lui, nous observons la nature humaine, qui est d’ailleurs très bien observée. Charles Bukowski s’adresse au lecteur sans aucune censure. L’écrivain parle de ce dont il a envie de façon désinhibée. L’être humain est une machine à consommer la vie. C’est avec beaucoup d’humour qu’il nous décrit les excès de la nature humaine. Une bonne occasion de rire en même temps que de découvrir une approche sociologique de l’être humain.