Thérèse Raquin, Emile Zola (1867)

Thérèse Raquin est une femme de la campagne. A l’âge de 21 ans, elle épouse Camille, fils de sa tante. Ensemble, ils décident de s’installer à Paris car Thérèse a besoin de connaître la ville. Elle pense trouver son bonheur, mais rien ne se passe comme elle l’avait prévu. Elle est seule à travailler dans une mercerie près du Pont Neuf pendant que Camille est en province en exercice pour une société de chemins de fer. Quand ils se retrouvent, ils n’éprouvent même pas de plaisir à se revoir et leurs soirées sont occupées par la visite de connaissances communes : le vieux Michaud, un commissaire de police retraité et ami de Mme Raquin, son fils Olivier, aussi policier, sa femme Suzanne et Grivet, un employé des chemins de fer d’Orléans que Camille a connu au travail. Thérèse s’ennuie terriblement. C’est une femme d’ordinaire assez nonchalante. Pourtant, elle change quand elle rencontre Laurent, un collègue de Camille. Celui-ci et un homme bavard, à l’aise à la sensibilité artistique et Thérèse est admirative, fascinée. Thérèse et Laurent vont se charmer, se séduire, jusqu’à vouloir commettre un meurtre…

 
Un livre culte écrit par le grandiose Emile Zola que j’ai lu il y a plus de dix ans. Je dois vous avouer qu’en le fermant, j’ai réfléchi en silence, choquée. J’ai eu la boule au ventre pendant une semaine. L’ambiance de ce livre est totalement fantomatique ! La passion est parfois destructrice. Dans ce roman, l’idée de mort et très présente, elle est pesante. Elle se ressent à travers le personnage de Laurent qui a l’idée de tuer. Thérèse qui est passionnément amoureuse boit les belles paroles de son amant. Elle imagine qu’ils vivront infiniment heureux. Malheureusement, les ennuis ne s’effacent pas. Au contraire, ils se renforcent. Les amants follement amoureux se retrouvent hantés par la mort. Ils ne se supportent plus, les disputes deviennent quotidiennes, ils ne peuvent accepter le moindre contact physique. La vie est en lambeaux quand on a une mort sur la conscience. L’atmosphère est d’une lourdeur sans pareil et on le ressent très bien. On ne voit que du noir et une relation sans issue. 

Bonne lecture !
Plus d’infos : Zola, naturalisme

For English speakers : https://www.gutenberg.org/files/6626/6626-h/6626-h.htm

Publicités

Les Cerfs-Volants de Kaboul – The Kite Runner, Khaled Hosseini

A Gwendoline

1970. Kaboul, Afghanistan. Hassan et Amir sont deux amis que rien ne peut séparer. Infiniment liés, ils partagent tout : les secrets, les joies, les peines. Ensemble, ils ont l’habitude de participer à des compétitions de cerfs-volants. Amir et Hassan ont deux personnalités différentes : Amir est dominant, sûr de lui, rebelle, tandis qu’Hassan est réservé et timide. A Kaboul, il fait bon vivre et les deux enfants vivent une enfance tranquille, même si bien sûr quelques rivalités sont visibles avec d’autres personnages. Hassan est victime d’une tragédie qui force les deux amis à s’éloigner.
1980. Les talibans surgissent à Kaboul. S’en suivent alors des perturbations politiques, une remise en question du régime actuel. La sévérité des islamistes décide Amir et sa famille à fuir le pays pour les Etats-Unis. Amir s’habitue à sa nouvelle vie. Ce pays fait écho à la modernité, cependant le facteur culturel reste non négligeable.
2000. Amir est contraint de retourner en Afghanistan à la demande d’un ami de son père qui est souffrant. Son voyage le ramène à ses racines et au souvenir d’Hassan.

Khaled Hosseini nous livre dans Les Cerfs-volants de Kaboul une splendide histoire d’amitié entre deux garçons. Autour de cela, on prend connaissance du contexte politique qui bouleverse l’Afghanistan, expliqué avec finesse. Les Cerfs-volants symbolisent l’amitié et l’insouciance qui règnent dans le cœur des deux garçons. Ce livre est beau, sensible, émouvant et fort.

Ce roman a fait l’objet d’une adaptation cinématographique en 2007.

Petit sondage – A little poll

Bonsoir à tous,

Je suis ravie de voir que de plus en plus de gens me suivent sur Chocolat Chaud et Chantilly! Pour continuer de vous plaire, j’aurais besoin que vous répondiez à ce sondage

Donnez votre avis à l’aide de numéros. Vous trouvez que les articles sont :

  1. intéressants
  2. trop intellectuels
  3. cool!
  4. pas assez centrés sur les films

Merci de votre participation et à bientôt!

Good evening everybody,

I’m glad to see that more and more people are following me on Hot Chocolate and Whipped Cream! To go on pleasing you, I would need you to aswer this poll.

Give your opinion thanks to numbers. You think articles are :

  1. interesting
  2. too intellectual
  3. cool!
  4. not focused on films enough
  5. (only for English speakers) too belated as far as translations

Thank you for your participation and see you soon!

Cyrine

Nous sommes tous des féministes (suivi des marieuses) – We should all be feminists (followed by the arrangers of marriage – Chimamanda Ngozie Adichie

 

Nous sommes toutes des féministes 

Chimamanda Ngozie Adichie aborde la question du féminisme dans cet essai. Dans l’introduction, elle explique qu’elle a développé le sujet pendant une conférence aux Etats-Unis. Elle énonce ses idées par thème : travail, amour, mariage, mode de vie. Qu’est-ce que le féminisme? Terme non démocratisé en Afrique. Chimamanda Ngozie Adichie prend exemple sur le Nigéria, son pays natal pour approfondir son propos et également sur l’Amérique, son pays de résidence actuel. Voici la définition de féministe : personne qui croit en l’égalité sociale, politique et économique des sexes. Au Nigéria, c’est une définition encore ignorée à cause de facteurs culturels qui font que la femme peine à être reconnue. Elle se rappelle d’un épisode de l’école primaire où elle avait eu la meilleure note et n’avait pas été déclarée chef de classe comme l’avait dit la maîtresse. Même si elle avait eu la meilleure note, c’était à un garçon d’occuper la fonction. Elle raconte l’anecdote de l’homme qui lui avait trouvé une place de parking à Lagos quand elle était sortie le soir avec son ami Louis, quand ils étaient plus âgés. Elle avait décidé de lui laisser un pourboire et son interlocuteur avait répondu : « Merci M’sieu ». L’homme est donc considéré comme celui qui gère toutes les situations. On est donc en droit de se dire : POURQUOI? Pourquoi une femme ne peut-elle pas être regardée comme personne ayant les mêmes capacités d’analyses, les mêmes facultés de discernement? Comme l’explique l’écrivaine : «  L’être le mieux qualifié pour diriger n’est pas le plus fort physiquement, c’est le plus intelligent, le plus créatif, le plus inventif ». Pourtant, au travail, une femme est aussi proie aux critiques. Son attitude est conditionnée pour répondre aux ordres du patron. Une femme ne doit pas montrer sa colère. Les femmes ne sont pas faites pour être en colère. Un homme seul doit montrer son animosité en signe de force et de virilité.  Elle évoque ensuite le sujet de la femme et du regard de l’homme. Pourquoi une femme devrait-elle s’habiller de telle ou telle façon afin de plaire à un homme? Pourquoi ne devrait-elle pas plutôt s’habiller comme elle l’entend, mettre du rouge à lèvres ou une jupe courte si le cœur lui en dit? Le regard d’un homme ne devrait pas dicter les agissements d’une femme. La condition de la femme est aussi généralisée. Chimamanda Ngozie Adichie ajoute qu’une femme qui se présente seule à un hôtel est automatiquement travailleuse du sexe. On souligne une vision très réductrice de la femme car une femme non chaperonnée doit forcément agir pour faire plaisir à un homme.

L’auteure dénonce tous ces exemples avec justesse humour et ironie. Le féminisme est un terme qui devrait s’appliquer à tous. « Partout dans le monde, la question du genre est cruciale. Alors j’aimerais aujourd’hui que nous nous mettions à rêver à un monde différent et à le préparer. Un monde plus équitable. Un monde où les hommes et les femmes seront plus heureux et plus honnêtes envers eux-mêmes. Et voici le point de départ : nous devons élever nos filles autrement. Nous devons élever nos fils autrement. »

Comme le dit la première phrase de la constitution Française : Les Hommes naissent libres et égaux en droit. Malheureusement, on remarque que des différences de traitements entre les hommes et les femmes persistent dans le monde. En Inde par exemple, de nombreuses femmes sont violées, agressées. La condition féminine de certains pays orientaux n’a pas évolué. En Chine, la politique de l’enfant unique étant un garçon existe toujours, bien qu’elle soit moins courante aujourd’hui. En Arabie Sahoudite, les femmes ont acquis très récemment le droit de conduire. Parfois, le facteur culturel est omniprésent et peine à faire changer le cours des choses. Qu’en bien même, je dénonce ces actions. L’omniprésence de l’homme montre au contraire que la société n’est pas moderne si elle n’est pas capable de reconnaître la femme en tant que telle. Même dans les pays les plus développés, on observe des anomalies. La Pologne était contre l’IVG, cependant les femmes ont heureusement fait entendre leur voix pour qu’il y ait changement. Le harcèlement sexuel en France fait débat aujourd’hui, ainsi que les inégalités salariales comme en Angleterre.

Je suis féministe! 

Les marieuses

La nouvelle Les marieuses raconte l’histoire de Chinaza Agatha Okafor, une nigériane mariée de force à un parfait inconnu qui se nomme Ofodile. Ce personnage est tourné en ridicule par Chinaza qui se moque de son comportement. Elle l’appelle « Mon mari tout neuf » Entre eux, l’amour est totalement inexistant. Ils ont été mariés par Ada, la tante de Chinaza. L’histoire commence lorsqu’ils quittent Lagos pour s’installer à New York. Selon Ofodile, médecin riche qui n’a connu que la réussite dans sa vie, New York est synonyme de transformation totale : changement de mode de vie et d’identité. Il veut vivre comme les américains au point d’omettre ses origines, ses racines. Il corrige Chinaza quand elle dit « biscuit » au lieu de « cookie ». Chinaza, attachée à son pays, désapprouve totalement se fonctionnement.

Une nouvelle très intéressante sur deux points de vues antagonistes. Le déni des racines face à leur importance.  La place de la femme est un aspect également intéressant. Doit-on vivre dans l’ombre de son mari ou se battre pour s’en affranchir?