Americanah (Chimamda Ngozie Adichie) 2013

 

Le personnage principal s’appelle Ifemelu et est nigériane. C’est une étudiante qui vient aux Etats-Unis pour étudier. Au début du roman, elle parle de son arrivée avant de revenir sur ses années au lycée durant lesquelles elle aimait Obinze. Elle revient sur ces années là pour nous faire comprendre le contexte du roman. Ses parents appartiennent à la bourgeoisie nigériane et comptent l’envoyer à l’étranger pour ses études.

Obinze, son petit ami a toujours fantasmé sur l’Amérique grâce à ce qu’il a lu dans les livres et dans les BD. Sa vision est donc idéalisée. Les chemins d’Ifemelu et Obinze se séparent lorsqu’elle déménage en Amérique. A son arrivée, Manhattan la fascine et elle pense à Obinze qui avait tant imaginé cette ville. Après quelques temps passés dans ce pays nouveau, Ifemelu découvre le racisme. A chaque rencontre ou presque, les gens lui rappellent qu’elle est noire. Elle a l’impression d’être une étrangère seule face à une masse « blanche » pleine de clichés. Elle rencontre des gens qui lui disent qu’elle est belle comme certaines personnes qui s’imaginent l’Afrique comme un sentiment riche en couleurs, réflexion un peu succincte sur un continent. Certaines personnes peuvent parfois avoir vision simpliste de choses qu’elles ne connaissent pas et Ifemelu qui est Africaine a alors l’impression que ses compatriotes sont simples, dénués d’intelligence. Contrairement à ce que l’on croit souvent de l’Amérique comme un exemple de rayonnement culturel, une partie de la population est ancrée dans les clichés. D’ailleurs la jeune fille en souffre. Quand elle retourne au Nigéria elle dit d’ailleurs « Quand je suis descendue de de l’avion à Lagos, j’ai eu l’impression de cesser d’être noire », ce qui veut dire qu’elle et chez elle au Nigeria et que la question de l’identité importe peu. Mais aux Etats-Unis, cette question existe et soulève des questions. D’ailleurs, en revenant, au Nigéria, elle écrit sur la négritude aux Etats-Unis. Elle y trouve de nombreuses choses à dire étant donné que c’est un fait qu’il l’a marqué. Que penser de Michelle Obama? Ifemelu fréquente un noir des Etats-Unis et pense être proche de lui mais ne l’est pas.

La structure narrative de l’histoire est parallèle. En effet, l’auteure décide de parler d’Ifemelu puis évoque ensuite le chemin d’Obinze. Il décide également d’aller à l’étranger mais au contraire de son ancienne amie, il choisit l’Angleterre où il subit aussi la discrimination raciale. Il lutte pour trouver un travail, erre parfois dans les rues de Londres et se sent seul. De toute évidence, il se sent mieux au Nigeria et n’a pas oublié Ifemelu qui est restée son premier amour. La question de l’identité est parfaitement observée dans ce roman. C’est un sujet sociétal auquel nous pouvons être confrontés et Chimamanda Ngozie Adichie cerne parfaitement le problème. Chaque mot est à sa place, la vérité émane de chaque mot.

On trouve des éléments similaires à la biographie de l’auteure. Elle est née au Nigéria et a déménagé au Etats-Unis pour étudier la sociologie.

Très beau livre!

The main character of this story is named Ifemelu and is Nigerian. She comes to the United States to study. At the beginning of the novel, she deals with her arrival before coming back on her her highschool years during which she loved Obinze. She comes back on those years to make understand the context of the novel. Her parents belong to the gentry and have the intention to send her abroad to study.

Obinze, her boyfriend has always fancied about America thanks to what he read in books and comics. His vision is simplified. His ways drift away from those of Ifemelu when she moves to America. When she arrives, Manhattan fascinates her and she thinks of Obinze who thought so much about this borrow. After some time spent in this new country, Ifemelu discovers rascism. At every meeting, or almost, people remind her of her blackness. She feels like she is a lonely stranger in front of a « white » mass full of clichés. She meets people who tell her she is beautiful like people who imagine Africa as a rich and colourful continent – reflexion a bit succinct on a continent. Some people can sometimes have a simplistic vision about things they do not know and Ifemelu who then thinks that her compatriots are simple and cleverless.  Unlike what we often think about America being an example of cultural beaming, a part of the population is into clichés. Besides, the young girl suffers from it. When she comes back to Nigeria, she says besides: « When I got off the plane in Lagos, I felt like I seized to be black » meaning that she is at home in Nigeria and that the question of identity is no big deal.  On the contrary, this question exists and raises question. Besides, coming back to Nigeria, Infemelu writes about blackness in America.  She finds many things to say on this because it is a fact that stroke her.

How to live in the United States being an African American? What to think of Michelle Obama?

Ifemelu dates an African American and thinks she is close to him but is not.

The narrative structure of the story is parallel. Indeed, the author decides to deal with Ifemelu then to evoke the path of Obinze. As well, he chooses to go abroad but unlike his former girlfriend, he chooses England. He is also a victim of  racial discrimination. He struggles to find a job, he sometimes wanders in the streets of London and feels lonely. As well, he feels better in Nigeria and has not forgotten Ifemelu who has stayed his first love.

The question of identity is perfectly pointed out in this novel. It is a society subject to which some of us can face and Chimamanda Ngozie Adichie perfectly spots the issue. Every word is at the right place. The truth comes from every word. 

There are elements which are similar in the author’s biography. She was born to Nigeria and moved to the United States to study sociology.

Very beautiful book! 

 

Publicités