American beauty – Beauté américaine (1999)

1999. Sam Mendes réalise une comédie dramatique qui dénonce les malaises de la société américaine. L’artifice, l’homosexualité, le port d’armes… American Beauty (ou Beauté américaine) est l’histoire de Lester Burnham, directeur d’une agence de publicité. Il rencontre une jeune lycéenne nommée Angela dont il tombe éperdument amoureux. Ce scénario fait étrangement penser à Lolita de Vladimir Nabokov (1955) où le personnage principal, professeur au lycée, tombe amoureux de Lolita, jeune adolescente qui fait renaître ses fantasmes.

Angela est une sorte d’icône à l’américaine. Blonde très jolie qui respire la jeunesse et la fraîcheur. C’est pourquoi Lester Burnham ne résiste pas à son charme. Sa rencontre avec la jeune fille va opérer des changements dans sa façon de vivre. Il va se remettre à faire du sport, va abandonner son poste avantageux pour se retrouver à travailler dans un fast food.

Par ailleurs, Lester vit dans un environnement complètement névrotique. Sa fille Jane est une adolescente complexée et solitaire. Quant à sa femme Carolyn, c’est une femme psychorigide au bord de la dépression nerveuse qui trompe son mari avec un agent immobilier. Leur famille n’existe pas, ce n’est qu’une illusion car on n’y ressent pas d’amour. Elle ne forme qu’un trio de gens mal dans leur peau qui vivent sous le même toit.

Alors, Lester trouve réconfort et nouveauté auprès d’Angela. Il se sent renaître, plus jeune, plus heureux. Oui, tout semble briller quand on pense à cette jeune fille. Mais on réalise vite que tout n’est pas si rose.

Angela affirme sa sexualité haut et fort et se vante devant Jane, la fille de Lester, alors qu’elle est vierge. Ce comportement souligne la superficialité et l’hypocrisie du second personnage principal. Par ailleurs, la sexualité est également abordée à travers Lester qui se découvre homosexuel à la fin du film. C’est pourquoi les sujets de société abordés frappent le spectateur. Ce film montre ce que l’on peut ressentir lors de l’adolescence : complexes et remise en question. Par ailleurs,  il souligne les travers de la société américaine : le port d’armes et l’homosexualité face à l’Amérique puritaine.

Très bon film !

1999. Sam Mendes directs a drama which denounces the awkwardness of American society. Artifice, homosexuality, gun wearing… American beauty is the story of Lester Burnham, head of an advertisement agency. He meets a young high school girl named Angela of whom he frantically falls in love. This scenario rings very much a bell about Lolita by Vladmir Nabokov (1955) where the main character, a high school teacher falls in love with Lolita who makes his fantasies born again. 

Angela is a kind of American icon. Very pretty blond who exudes youth and freshness. That is why Lester Burnham cannot resist her charm. His meeting with this young girl is going to operate changes in his way of living. He is going to start sports again, is going to abandon his flattering job to find himself working in a fast food. 

Otherwise, Lester leaves in a neurotic environment. His daughter Jane is a complexed and solitary teenager. As for his wife Carolyn, she is a tough woman, ready to verge on nervous breakdown, who cheats on her husband with a housing agent. Their family does not exist, it’s just an illusion because we don’t feel love between them. They just form a trio of people not at ease with themselves who live under the same roof. 

So, Lester finds comfort et novelty near Angela. He feels like he is born again, younger, happier. Yes, everything seems to shine on when we think of this young girl. But we will quickly realise that it’s hardly a bed of roses.

Angela states loud and clear her sexuality and brags in front of Jane, Lester’s daughter, whereas she is a virgin. This behaviour points out the superficiality and the hypocrisy of the second main character. Besides, sexuality is also dealt with through Lester who turns out to be a homosexual at the end of the film. That is why the pointed out subjects in this film are strking. Indeed, this film shows what we can feel during teenage days: complexes and requestionning of oneself. Then, he highlights quirks in American society: gunwearing, homosexualité in front of puritan America.

Very good film!

Publicités