Des Souris et Des Hommes, Of Mice And Men – John Steinbeck (1937)

La crise économique de la Grande Dépression qui a lieu dans les années 1930 en Amérique force les fermiers à produire plus pour gagner la même somme d’argent. Pour augmenter leur productivité, de nombreux fermiers achetaient plus de terres et investissaient dans du matériel pour lequel il s’endettait. George Milton et Lennie Small, deux fermiers sillonnent les routes de Californie à la recherche d’une exploitation grâce à laquelle ils pourront vivre. Leur amitié est indéfectible, ils sont indissociables. George est un homme rusé réfléchi, dévoué à sa vocation. Il est petit et trapu, tandis que Lennie est grand, imposant et doté d’une force surhumaine. Il souffre d’un retard mental. Son principal loisir consiste à toucher des choses douces, il aime jouer avec des souris et les caresser. George endosse souvent le rôle paternel, il parle à la place de Lennie quand il s’agit de se présenter dans un ranch pour y faire valoir leurs capacités. La force incontrôlée de Lennie pose des problèmes à Curley, le fils du patron du ranch et à sa belle jeune femme. Le ranch dans laquelle les deux amis se sont intégrés qui était imaginée comme une solution à leurs écueils n’offre finalement pas de conditions de travail idéal. Lennie est moqué et maltraité. Quand il discute avec la femme de Curley et qu’il se plaît à lui toucher les cheveux, il la tue accidentellement. Curley et les autres s’engagent dans une course poursuite pour faire payer à Lennie d’avoir assassiner sa femme. Lennie se fait tuer par George d’une balle dans la tête car il veut « sauver » son ami et lui éviter le pire. Son acolyte lui prouve alors sa plus belle amitié. Il a toujours considéré son ami comme un frère, l’a protégé à chaque instant et le faire mourir avant de connaître le pire physiquement et mentalement est après tout une grande preuve d’amour.

Ce roman est attrayant est enrichissant. Il nous décrit avec finesse la nature humaine. Des hommes qui se sentent seuls, qui rêvent de jours meilleurs. Lennie et George connaissent également la violence et l’injustice. L’ambiance de le ranch imposée par Curley est patriarcale et machiste. Sa femme est la seule femme du roman, soumise aux désirs de son mari. Elle peine à se détacher de cet esprit dominateur. Crooks est le seul travailleur noir du ranch, il est séparé des autres. On y voit une dimension ségrégationniste. Des Souris et Des Hommes dépeint donc une vision antagoniste de l’Amérique. D’un côté, l’’American Dream’ et le rêve de réussite et de l’autre, les travers d’une Amérique conservatrice. C’est un roman binaire, à la fois sombre et plein d’espoir avec en toile de fond une merveilleuse amitié. J’ai été émue et attachée au personnage de Lennie, naïf et inoffensif. Les deux hommes s’aiment comme deux frères et leur amitié est plus forte que tout.

John Steinbeck (1902-1968) est né à Salinas en Californie. Il grandit dans les ranchs et se préoccupe de la situation sociale des pauvres qui souffrent de la crise. Pendant la Grande Dépression, de nombreux agriculteurs sont forcés de déménager pour trouver un travail convenable. Ces bouleversements qui touchent l’Amérique rurale sont chers à l’écrivain. Ce sujet est d’ailleurs abordé dans un autre grand roman qui est avec Des Souris et des Hommes sans doute le plus connu : Les Raisins de la Colère.

Je me rappelle de ma troisième année d’Anglais à l’Université de Warwick en 2013-2014 pendant laquelle j’avais fait la connaissance de James, un camarade en cours d’Histoire. Un jour alors que nous étions tous les deux au pub de la fac, le Dirty Duck, où tous les étudiants allaient pour déguster une bonne bière (well, of course !!!) On s’était raconté nos vies, on avait bien rigolé. Puis au milieu de la conversation, James m’avait soudain lancé : By the way, have you read Of Mice And Men ? Je lui avais dit non et il avait commencé à me raconter l’histoire du roman. Il avait ajouté “You Must Read It! It’s So Good!” Eh bien, je dois dire que James avait raison! Cheers James!!! Voici une très bonne adaptation du livre réalisée par Gary Sinise en 1992, avec Gary Sinise et John Malkovich.

Désolée pas de version française pour cette fois 😦

 

Publicités